Objet du mois : Une fibule queue de paon

Objet du mois : Une fibule queue de paon

Lieu de découverteImpasse de la Coudre
Date de découverte2009
DatationHaut-Empire (Ier siècle ap. J.-C.)
MatériauAlliage cuivreux
DimensionsLongueur maximum 45 mm / Épaisseur maximum 11 mm

À Béruges, onze fibules de différentes époques (du Ier siècle av. J.-C. au IIe siècle ap. J.-C.) ont été retrouvées. La fibule présentée ici est une des rares (la seule ?) à avoir été retrouvée presque complète (arc, ardillon, porte-ardillon, cache-ressort). 

C’est une sorte d’agrafe en métal permettant de fixer les extrémités des vêtements, à la manière d’une épingle à nourrice. Elle se porte aussi bien sur les vêtements féminins que masculins. La fibule se compose de plusieurs parties : un arc et un ardillon articulés par un ressort ou une charnière. À son extrémité, le pied de l’arc comporte un repli formant une gouttière servant à maintenir l’ardillon : le porte-ardillon.

 

Schéma d’une fibule de type 19b2, Les fibules en Gaule Méridionale de la conquête à la fin du Ve siècle ap. J.-C., page 23, © M. Feugère

La fibule est un accessoire du vêtement utilisé dans les sociétés méditerranéennes et celtiques. Sa conception nécessite une véritable maîtrise de l’art de l’orfèvrerie. Outre son côté utilitaire, la fibule est également un objet de parure qui évolue au gré de la mode vestimentaire de l’époque. Elle est devient un élément symbolique du costume : un signe culturel et social distinctif. 

Fibule à queue de paon ©Annie Ribardière / Musée de Béruges

 


 

Bertrand, I., Chabanne, J.-P., & Vidonne-Lebrun, S., (2008), 30 ans de découvertes archéologiques à Béruges (86), Cahier N°36, Association Les amis de Béruges

Moulin J., (1994), Les fibules, L’artisanat en Gaule Romaine, Archéolo-J